teaserimage-reforme-fiscale-en-belgique-deuxieme-phase
Home
> News
> Réforme fiscale en Belgique - phase 2

Réforme fiscale en Belgique - phase 2

Mesures en faveur des salariés

Une première batterie de nouvelles mesures fiscales et sociales avait eu lieu en 2015 et 2016. La réforme fiscale vient de connaître un second coup d’accélérateur depuis le 1er janvier de cette année. Il vise essentiellement à éliminer la tranche d’imposition de 30 %, laquelle est intégrée dans la tranche de 25 %. Cette mesure s’accompagne d’une augmentation et d’une simplification du système de frais professionnels forfaitaires.

Désormais, un seul pourcentage global de montant brut des revenus est de rigueur, à savoir 30 % (avec un maximum de 2 950 €). Ce montant fera l’objet d’une indexation.

Autre mesure : le relèvement du montant exempté d’impôts, dont l’uniformisation est programmée courant 2019.

Après avoir vu augmenter depuis 2016 leur revenu mensuel net moyen d’environ 83 € (revenus faibles) et 51 € (revenus moyens), les salariés peuvent s’attendre à une nouvelle augmentation de leur pouvoir d’achat de respectivement 32 € et 28 € en moyenne/mois.

 

Charges patronales et réduction structurelle

Les cotisations patronales continues à diminuer. Après une baisse de 2,4 % en avril 2016, voilà qu’elles sont passées depuis le 1er janvier 2018 de 30 à 25 %. Ici aussi, diminution rime avec simplification : ce taux de 25 % est applicable à tous les travailleurs. Cerise sur le gâteau : le taux sera encore abaissé à 24,2 % à partir du 1er janvier 2020.

Le système de réduction structurelle est quant à lui supprimé. Le plafond pour bas salaires instauré afin de contrer la fuite des cerveaux via une réduction des charges patronales n’est plus de mise. Les efforts en faveur des bas salaires sont cependant maintenus, voire renforcés.

Toutes ces mesures s’accompagnent de nouvelles règles en matière de TVA, d’accises et d’impôt sur les plus-values.